'; EcrireHtml = window.open('','_blank','toolbar=0,location=0, directories=0,menuBar=0,scrollbars=1, statusbar=0, resizable=0, width=880, height=660, left=40, top=40'); EcrireHtml.document.open(); EcrireHtml.document.write(CodeHtml1); EcrireHtml.document.write(CodeHtml2); EcrireHtml.document.close() }

Gagner de la place, de la sécurité, de la monnaie...
Un système d´aiguillage
pour nos coulisses (2)
Résumé de la page une. — On voudrait pour les coulisses l´aiguillage idéal : un système d´aiguillage symétrique, très court, grand angle (60°), sans lames mobiles, ni pointe de coeur, ni contre-rails, ni pattes de lièvre, ni... rien, et parcourable dans les coulisses, à vitesse quelconque et sans aucun risque de déraillement ou de plantage de chou (pas de discontinuité électrique).
Matériaux courants du commerce. Toutes échelles. Deux rails, trois rails ou plus.
Coût : le plus proche possible de zéro.
Doc Toofoo : Je ne suis pas sûr d´avoir bien compris votre problème ? Il s´agirait de faire aller et venir un segment de voie qui relie, en vue d´une circulation en coulisses, soit les parties A et B d´un réseau (ci-dessous à gauche), soit les parties A et C (ci-dessous à droite)...
Si c´est bien cela, je suggère de simplement munir la partie centrale (une simple courbe du commerce, avons-nous dit ) :
... d´un axe de rotation, placé là où j´ai posé mon doigt.
Il suffira ensuite de faire effectuer à cette partie centrale une rotation de 150 ° dans le sens inverse des aiguilles d´une montre pour qu´elle relie A à B, et une rotation d´un même angle dans l´autre sens pour de nouveau relier A et C.
Ptitrain : Un genre de plaque tournante ? Ouh là là, mais c´est vachement compliqué, ça !
Doc Toofoo : Calmez-vous, mon ami  ! Notez que les différences entre cette aiguille tournante et une vraie plaque tournante sont telles... qu´il n´y a aucun rapport entre les deux :
N´importe quel mécanisme moteur de récupération tournant à n´importe quelle vitesse et avec n´importe quelle puissance fera l´affaire. Un moteur de magnétoscope, une poulie, un bout de ficelle... L´effort (donné à vide !) n´ est que de quelques dizaines de grammes !... (Une manivelle actionnée à la main serait parfaite aussi.)
L´aiguille tournante ne peut prendre que deux positions, à fond dans un sens, à fond dans l´autre. Deux butées fixes , c´est suffisant, avec éventuellement (si l´aiguille est hors vue de l´opérateur) deux petits interrupteurs de fin de course qui coupent le courant du moteur quand la rotation est terminée.
Les rails mobiles sont alimentés via deux petits frotteurs en cuivre ; pour un modèle haut de gamme à interrupteurs de fin de course, ce sont eux qui exciteront un relais qui inversera le sens du courant.
L´aiguille est manoeuvrée hors charge (la charge n´y circule que quand l´aiguille est arrêtée) : pas de poids, donc un mécanisme fruste (oubliés les galets de roulement... Au plus simple, le plastique formant le ballast glisserait suffisamment bien sur une simple carte plastique collée sur le réseau !).
On installera l´aiguille tournante, son mécanisme, puis ses deux butées et puis seulement les voies : ainsi celles-ci seront alignées au 1/10 sans souci mécanique de haut de gamme (l´alignement est vital, alors qu´un petit espace entre voie fixe et coupon mobile est sans danger).
Position n° 1 :
Position n° 2 :

Alors, qu´en pensez-vous ? [Page suivante : la réponse de Yannick Scher, cliquez vite...]

Page précédentePage suivante
Doc
Toofoo

Propos recueillis par Jidé,
en décembre 2006


N.-B. — Tous les schémas et photos sont © Doc Toofoo pour Ptitrain.
Ptitrain, l´e-magazine du train éclectique... — Directeur de la publication : Christophe Franchini.
Rédacteur en chef : Jean-Denis Rondinet. — Rév. 5-02-2007 16:25