'; EcrireHtml = window.open('','_blank','toolbar=0,location=0, directories=0,menuBar=0,scrollbars=1, statusbar=0, resizable=0, width=880, height=670, left=40, top=40'); EcrireHtml.document.open(); EcrireHtml.document.write(CodeHtml1); EcrireHtml.document.write(CodeHtml2); EcrireHtml.document.close() }
Expométrique 2006 (3)
Timpdon Sheds (suite)

Timpdon Sheds a été élu Chouchou de Ptitrain dans la catégorie outre-mer...
Tous nos zooms en batterie, entrons dans le détail (ne dit-on pas que le bonheur est dans le près ?)...
Cette échelle (1/19, appelée “16mm” car 16 mm représentent un pied) donne les mêmes impressions que notre IIm continental (1/22, genre L.G.B. ou Toy Train).

Comme le monde est petit : il y a moins de huit jours, Ptitrain glorifiait les micro voitures des années 50-60 vues sur les Champs-Élysées, et voilà leurs petites soeurs du Royaume-Uni !
La cerise sur le gâteau étant la mise sur rails de l´Isetta (Bubble Car) et une porte réellement ouvrante qui permet de comprendre le mécanisme d´ouverture (photo d´un magazine anglais, prise sur le stand)... En passant, les affiches en français nous indiquent que ce montage n´est pas que amusant mais qu´il a existé en réalité...
photo002
On aime beaucoup les belles mécaniques à Timpdon, B.M.W. pétaradante et Land-Rover rutilante (dans cette couleur jaune, c´est bien la seule bagnole qui pourrait m´entraîner à passer le permis voiture ).
Un spectacle sans fin qui explique la présence de train spotters de tous âges, ainsi que de nombreux photographes...
(N.D.L.R. — La photo ci-contre n´est-elle qu´un prétexte à repasser une image de l´Isetta ?)
(N.D.L.R. n° 2 — Des lecteurs nous ont gentiment confirmé que l´Isetta est un produit B.M.W., mais notre question reste  : était-elle déjà signée B.M.W. à l´époque, c´est-à-dire en 1950-60 ou est-ce une malversation mercantique récente dans la lignée de la captation de la C.I.W.L. ?)
photo002
Tous les curieux sont maintenus à distance par ce panneau “Prenez garde aux trains” qui poursuit un double but : éviter aux promeneurs d´être ébouillantés par l´eau des chaudières, et, deuzio, d´être décapités par l´hélice de l´engin que voilà...
Le wharf (quai) de Timpoon... Les cygnes règnent sur le lac ainsi qu´en témoigne ce matou dépité qui a failli se noyer pour avoir osé leur disputer un bout de pudding abandonné...
Cette photo du W.S.G.I. du réseau sera la dernière pour aujourd´hui mais nous reviendrons tout à l´heure à Timpdon, so stay tuned !
Vos réponses quant à l'Isetta... La marque affichée sur les Isetta : Velam. Jamais vue sur un autre type de véhicule. Je ne me rappelle aucune marque B.M.W. sur le "pot de yaourt", et pourtant on était une bande de gamins à tourner autour quand on en voyait une. B.M.W., on connaissait, par les motos, qu'on admirait aussi. Je crois que je m'en souviendrais si je l'avais vue sur une Isetta. — Gérard. (fr.wikipedia.org/wiki/Isetta) À propos des Isetta et quoique je ne sois pas un spécialiste, je peux affirmer ceci : en France, la société Velam a acquis les droits de construction assemblage (?) de ce modèle, à l'instar de B.M.W. en Allemagne. Comme ce modèle était donc fabriqué en France, je ne pense pas que B.M.W. ait dû en importer beaucoup. D'autant plus que le modèle (quelle que soit la marque) n'a jamais été beaucoup diffusé (tout au moins en province). — Philippe C 'est une création italienne de la marque Iso construite sous licence par B.M.W. en Allemagne et Velam en France. J'ai encore dans la tête de façon assez précise l'image de mon voisin d'alors qui a gardé une Isetta Velam quelques mois. Il faut dire qu'il devait mesurer un bon mètre quatre-vingts et affichait plus de 100 kg sur la balance. Je me demande encore comment il tenait là-dedans et arrivait à conduire ! — Jean-Claude Et voilà ce qui nous servira de mot de la fin : Marc nous signale cette page de synthèse trouvée sur Caradisiac — “La décennie 1945-1955 permis ainsi l'éclosion de nombreux petits constructeurs. Des bricoleurs plus ou moins bien inspirés, de joyeux rêveurs, quelques escrocs mais aussi des visionnaires proposant des voiturettes étonnement modernes. Parmi ceux-ci, Renzo Rivolta, un industriel italien, qui après avoir fait fortune dans les réfrigérateurs s'est lancé avec un égal succès dans la production de scooters. Achetant le brevet d'un petit véhicule de forme ovoïde conçu par l'ingénieur Preti, Rivolta affiche l'ambition de "mettre l'Italie sur quatre roues". En 1953, le redressement économique de la Péninsule n'en est qu'à ses balbutiements et les Vespa et autres Lambretta ont encore de beaux jours. Il faudra la toute-puissance de Fiat et tout le charme de la petite 500 pour que les Italiens changent leurs habitudes. Rivolta essuie donc un échec cuisant sur son sol avec une production estimée seulement à 1500 exemplaires. Il aura plus de chance en vendant des licences à l'étranger, notamment en France à la société Velam mais surtout en Allemagne, à B.M.W.

Page précédentePage suivante
Novembre
2006
Logo
Sauf exceptions dûment signalées, toutes les photos sont © Jidé pour Ptitrain — Si vous voulez corriger une erreur ou ajouter des détails ou commentaires, même longs et détaillés, écrivez à Ptitrain et nous vous publierons.
Ptitrain Reportages Expométrique 2006 (3)
Ptitrain, l´e-magazine du train éclectique ! — Directeur de la publication : Christophe Franchini.
Rédacteur en chef : Jean-Denis Rondinet.