L´E.I.M. T.G.V. P.S.E.
ou “Comment je suis passé sous le train”
par Alain GALLAS
photo001 photo002
photo003 Au cours des journées J´aime le train 2005, j´ai visité l´E.I.M. T.G.V. P.S.E. le 12 mai en compagnie d´une centaine de personnes, amateurs de chemin de fer, retraités et jeunes à la recherche d´un emploi (gros effort de la S.N.C.F. à ce sujet). Voici le reportage de cette journée...
T.G.V. Duplex 267 qui transporte les participants jusqu´à l´atelier. T.G.V. Duplex et T.G.V. la Poste vus par la fenêtre à l´arrivée à l´E.I.M. L´atelier à deux voies couvertes de l´E.I.M. L´accueil par le directeur.
photo004 photo005
Missions de l´établissement
L´E.I.M. (“établissement industriel de maintenance”) des T.G.V. de Paris Sud-Est assure la maintenance des rames T.G.V. effectuant la desserte de l´axe Sud-Est, de la Méditerranée ainsi que celles destinées aux liaisons Artésia (Paris-Italie) et Lyria (Paris-Suisse). Il fournit quotidiennement le nombre de rames défini avec l´activité Voyage France Europe, tout en respectant les normes techniques et économiques définies par la S.N.C.F.
Il effectue la gestion de son parc T.G.V. en temps réel, c´est-à-dire la programmation des opérations d´entretien, la préparation au service des rames et l´affectation des rames sur les trains. Sur le terrain, cela se traduit par la maintenance préventive du parc T.G.V. au plus près de l´exploitation, avec les contraintes suivantes : réaliser l´entretien pendant les périodes de moindre utilisation du parc, travailler en creux de trafic et travailler la nuit.
Les différentes interventions sont réalisées sur trois sites :
En gare de Paris-Lyon, tous les jours de 6 heures à 24 heures, le recueil d´informations sur l´état fonctionnel des rames, les interventions correctives nécessitant des moyens réduits et le nettoyage des rames en demi-tour en gare.
À Paris-Conflans, 7 jours sur 7 en 3 x 8, l´entretien courant, le dépannage, le nettoyage et la préparation des rames pour le voyage. C´est sur ce site que sont effectués les examens de service.
À Villeneuve-Saint-Georges, du lundi au vendredi en 2 x 8 et en journée normale, les interventions nécessitant une immobilisation égale ou supérieure à la journée : visites périodiques, échanges d´équipements, dépannages importants et modifications.

photo006 photo007
photo008 Un T.G.V. Duplex dans l´atelier.
Bogie de T.G.V. Duplex entre deux remorques.
Bogie moteur.
Le matériel
Le succès que connaît la ligne à grande vitesse Sud-Est, la mise en service de la ligne Méditerranée et le nombre croissant de dessertes internationales nécessitent une augmentation de la capacité de transport.
photo009
Après les premiers T.G.V. Sud-Est des années 80, l´établissement s´est vu confier la maintenance de T.G.V. Réseau et Duplex.
Le parc est constitué de 56 rames T.G.V. S.E., 9 rames S.E. tricourant pour la Suisse, 6 rames tricourant pour l´Italie,, 8 rames Réseaux, 74 rames T.G.V. Duplex (réception d´une rame par mois), 3,5 rames T.G.V. la Poste.
photo010
photo011 Attelage Scharfenberg.

Détail de l´attelage Scharfenberg.

Détail
du pantographe
à lames en graphite.
Les performances
Plus de 200 trains par jour.
Vitesse commerciale : 300 km/h.
Paris-Marseille en 3 heures.
45 000 km en moyenne par rame et par mois.
Environ 6 incidents par million de kilomètres.
Sous le T.G.V. Tampon entre motrice et attelage. Frein disques.
photo012

photo013
photo014

photo015
Détail de l´attelage entre motrice et remorque. Plaquettes de frein.
Moteur du T.G.V. Duplex. Détail d´une sablière.
photo016 photo017
photo018 Suspension d´un essieu moteur.
photo019 photo020
Dans la motrice. Pupitre de conduite. Élément 1500 volts.
Transformateur. Ventilateur de moteur.
photo021 photo022
photo023 photo024
Compresseur. Plaque propriété S.N.C.F.
Plaque du constructeur. Les quatre séries de T.G.V.
photo025 photo026


Alain GALLAS
Logo
Toutes les photos sont © Alain GALLAS pour Ptitrain.


Ptitrain Reportages L´E.I.M. T.G.V. P.S.E.

Ptitrain, l´e-magazine du train éclectique ! — Directeur de la publication : Christophe Franchini.
Rédacteur en chef : Jean-Denis Rondinet.