'; EcrireHtml = window.open('','_blank','toolbar=0,location=0, directories=0,menuBar=0,scrollbars=0, statusbar=0, resizable=0, width=880, height=600, left=40, top=40'); EcrireHtml.document.open(); EcrireHtml.document.write(CodeHtml1); EcrireHtml.document.write(CodeHtml2); EcrireHtml.document.close() }
De notre envoyé spécial Daniel Weiss...
Une plaque anti-cata
Je crois que je viens de réinventer le fil à “couper le beurre”...
Ce matin, je ne devais pas avoir les yeux en face des trous, j´ai renversé un pot de peinture, de l´eau, et c´est une fois de plus la catastrophe (la peinture, c´est pas mon truc...).
Pour pallier ce genre d´incident, je me suis attelé à confectionner un support en contreplaqué de 4 mm. (Si j´avais eu une autre matière, je l´aurais peut-être réalisé en aluminium, mais, un dimanche, on fait avec les moyens du bord.) J´ai aussi récupéré des entretoises qui traînaient dans ma “boite à coucou”. Elle sont grosses, mais elles font l´affaire.
Ce support n´a aucune prétention : les cotes sont données à titre d´exemple et doivent être adaptées aux pots de peinture que chacun utilise. j´ai ajouté un support sur lequel j´ai collé une mousse assez dense pour piquer les petites pièces peintes et un bouchon d´eau de Cologne que j´ai percé pour y placer des pinces crocodiles amovibles également prévues pour le séchage des petites pièces.
Une boîte de conserve de thon, sur laquelle j´ai soudé à l´étain trois pinces crocodiles qui recueillent les pinceaux afin de les tremper dans de l´eau pour les nettoyer, et, sans l´eau, elle sert au séchage des pinceaux.
C´est un moyen d´éviter des mésaventures et d´avoir un ensemble compact et ergonomique.


Daniel
Weiss

Avril 2008


N.-B. — Tous les schémas et photos sont © Daniel Weiss pour Ptitrain.
Ptitrain, l´e-magazine du train éclectique... — Directeur de la publication : Christophe Franchini.
Rédacteur en chef : Jean-Denis Rondinet. — Rév. 20-04-2008 23:03