'; EcrireHtml = window.open('','_blank','toolbar=0,location=0, directories=0,menuBar=0,scrollbars=0, statusbar=0, resizable=0, width=880, height=600, left=40, top=40'); EcrireHtml.document.open(); EcrireHtml.document.write(CodeHtml1); EcrireHtml.document.write(CodeHtml2); EcrireHtml.document.close() }

Une plaque tournante pour trains complets
pouvant tenir dans un “petit coin”...
C´est un de nos plus glorieux ancêtres qui a popularisé l´occupation des toilettes par le ferrovipathe. Clive Lamming, dans la deuxième moitié du siècle dernier, lança cette idée pour ses besoins (sic) propres, en nous découvrant (par l´intermédiaire de Loco-Revue) un petit coin (sic) de banlieue du réseau Nord qui tenait dans ce réduit, juste au-dessus de la tête de l´occupant. (La rumeur dit que la banlieue fut choisie à cause de la présence plausible de gazomètres destinés à masquer les odeurs... mais que ne dit pas la rumeur !) D´autres modélistes utilisent également cette pièce comme cabinet (sic) de lecture, ou comme rangement pour le matériel... Doc Toofoo, sollicité par un confrère disposant de ce peu de place, a imaginé pour lui une plaque tournante qui y fonctionnerait pour accueillir et retourner des trains entiers...
Voici le plan approximatif de la pièce du réseau , qui possède une raquette de retournement, mais pas deux possibles...
Les W.-C., sûrement un ancien placard, sont très étroits mais assez longs...
L´idée serait donc d´y faire avancer une rame complète (deux mètres, en H0, c´est déjà pas mal) comme ci-dessous, dessin A :
En B : la rame étant fixée d´une certaine façon (à étudier !), on la retourne au sens propre, cul par-dessus tête... C : on tourne ensuite sur 180 degrés le long du mur cette rame complète qui se retrouve, loco en tête, prête à repartir !
Il existe (ou il a existé ?, nos lecteurs possédant beaucoup d´archives nous le diront) un système commercial permettant de ranger une rame entière ainsi à l´abri des chocs et de la poussière :
Il nous a suffi de quelques instants pour vérifier qu´on pouvait, avec une telle préhension du matériel par de la mousse flexible, le soulever ainsi et lui faire subir une opération de “rotations”...
Cette BB-66000 à peine coincée sur un centimètre de haut dans un berceau de mousse Peco peut ainsi être soulevée et retournée sans chuter. Si nous prévoyons une hauteur de mousse bien plus grande (et un “toit” pour enrayer notre peur bien compréhensible de la casse), la plaque “tournante” peut être fabriquée !

 

 

Soit du profilé de section en L, en aluminium de 1 mm (fig. 1) ou fabriqué avec un L quelconque et une barre, les deux vissés ou rivés ou collés (fig. 2)...
Deux pièces identiques :
Hauteur = hauteur totale d´un wagon sur des rails.
Longueur = longueur maximale d´un train.
Soit une planche de bois tendre (fig. 3) de longueur égale aux profilés.
Fixer (coller, river, visser...) les deux profilés sur des charnières (charnières “ à piano”), sur toute la longueur (fig. 4).
Fixer sur la planche de la voie au mètre.
Fig. 5 : Nos deux profilés sur leur planche. Fabriquer deux étriers (alu 1 mm) capables de maintenir bien fermés les deux profilés.

La suite très bientôt
Doc
Toofoo

Propos recueillis par Jidé,
mai 2007


N.-B. — Tous les schémas et photos sont © Doc Toofoo pour Ptitrain.
Ptitrain, l´e-magazine du train éclectique... — Directeur de la publication : Christophe Franchini.
Rédacteur en chef : Jean-Denis Rondinet. — Rév. 28-05-2007 23:12