'; EcrireHtml = window.open('','_blank','toolbar=0,location=0, directories=0,menuBar=0,scrollbars=0, statusbar=0, resizable=0, width=880, height=600, left=40, top=40'); EcrireHtml.document.open(); EcrireHtml.document.write(CodeHtml1); EcrireHtml.document.write(CodeHtml2); EcrireHtml.document.close() }

Dans le cadre de notre nouvelle série :

“Tout va trop vite,
on a pu l´temps...”


Un secoueur minute

Dans un monde technomaniaque bouleversé où chaque seconde compte, qui peut trouver le temps de se fabriquer un outil sur mesure ? Oui, mais en même temps, pourquoi ne pas investir une minute dans un outil qui en fera vite gagner trente, ou mille ? Ce dilemme est presque un sujet de bac philo — mais pourtant nous allons aujourd´hui l´aborder tous ensemble...

Vite, posons le problème : il nous faut remuer de la peinture dans un petit pot. C´est une tâche que nous accomplissons relativement rarement, car nous privilégions les peintures acryliques à l´eau, qui peuvent se satisfaire d´une agitation d´un poignet énergique... Mais les Humbrol, par exemple, demandent à être remuées LONGUEMENT, AVANT et PENDANT l´opération de peinture, sinon c´est le drame. Que faire ?
D´abord, avec une chute de fil métallique, fabriquez, en trois coups de pince, une forme comme celle ci-contre, à peu près symétrique, du diamètre intérieur et de la hauteur du plus petit pot.


Coincez dans un étau assez lourd un bout de bois d´une trentaine de centimètres de haut...
Si votre pot (ainsi que votre étau !) est métallique, placez un aimant en dessous ; sinon, un “double-face” (adhésif à fixer les miroirs, ou les moquettes) fera l´affaire.
Votre mini-perceuse, réglée à sa vitesse minimale, fixez-la à la potence de bois avec quelques élastiques — mais si, ça tiendra suffisamment, vous verrez  ! (Vous pourrez quand même en choisir de plus costauds que les miens, j´ai exagéré...)
Descendez jusque dans le pot l´ustensile à remuer, branchez, laissez tourner pendant le temps nécessaire (au lieu des quelques secondes d´agitation manuelle fatiguante, vous pouvez prévoir dix minutes — et faire autre chose pendant)  : jamais vous n´aurez vu votre Humbrol brillante jaune être... jaune (il y a tellement de vernis de couleur marronnasse dans le haut du pot) ni votre Humbrol mate perdre son épais fond boueux (sans devoir utiliser un gros tournevis et en barbouiller tout votre atelier)...
Attention : ne tournez pas trop vite, on n´est pas en train de faire de la mayonnaise ! L´introduction d´air peut être néfaste à la peinture.

Sur le site excellentissime de l´A.M.F.N. (Association des modélistes ferroviaires de Nice), est présenté en détail un autre secoueur, fabriqué avec une mini-scie sauteuse :
La page comprend en outre ces commentaires : “L´avantage d´un secoueur mécanique est qu´on peut secouer les pots très vigoureusement pendant un temps très long : dix minutes s´il le faut, ou plus. Aucun dépôt ne résiste à pareil traitement.
“Profitons de l´occasion pour donner un "truc" permettant de prolonger la durée de vie des des pots de peinture Humbrol : à l´ouverture, poser le couvercle à l´endroit, sur un morceau de papier. On évite ainsi que la peinture restant sur la face intérieure du couvercle ne coule à l´intérieur du rebord, où elle finit par constituer une surépaisseur empêchant de refermer le pot de façon étanche.
“Certaines personnes stockent aussi leurs pots à l´envers, de façon que, en cas de mauvaise étanchéité, la peinture, en séchant, colmate la fissure.”

Page suivante ?
Non, pas de page suivante, pas le temps !
Doc
Toofoo

Propos recueillis par Jidé,
en une minute 30 secondes


N.-B. — Tous les schémas et photos sont © Doc Toofoo pour Ptitrain.
Ptitrain, l´e-magazine du train éclectique... — Directeur de la publication : Christophe Franchini.
Rédacteur en chef : Jean-Denis Rondinet. — Rév. 5-02-2007 16:24