'; EcrireHtml = window.open('','_blank','toolbar=0,location=0, directories=0,menuBar=0,scrollbars=0, statusbar=0, resizable=0, width=880, height=600, left=40, top=40'); EcrireHtml.document.open(); EcrireHtml.document.write(CodeHtml1); EcrireHtml.document.write(CodeHtml2); EcrireHtml.document.close() }

Nos lecteurs ont remarqué le (ou doit-on dire les...) réseau (x) d'Alain GALLAS lors de la toute dernière édition de Railexpo (revoyez notre reportage, ici, à partir de la page 22).

À la demande expresse (et rapide) de Ptitrain, Alain a accepté de commenter le pourquoi et le comment de cette réalisation...
La philosophie de ce réseau est facilement compréhensible :
— faire simplement ;
— pour pas cher ;
— et facilement manipulable par une seule personne ;
— un réseau “light” aussi bien, donc, au niveau du budget que du poids ;
— et développer des techniques originales pour utiliser le matériel en 0n30, qui arrive en Europe à des prix défiant toute concurrence ;
— le but ultime étant de montrer aux jeunes (et aux moins jeunes aussi ! ) que chacun peut réaliser son rêve avec de petits moyens.
La base du réseau est une simple planche en bois aux coins arrondis, sur lequel est collé le relief — le tout reposant sur une ancienne caisse à pommes en bois .


... récupérée dans un supermarché, aménagée avec des étagères pour ranger l´alimentation électrique et le matériel roulant ; le tout mesurant 1 mètre par 0,60 m pour une hauteur de 0,80 m (un prochain réseau se passera même de la planche...). La caisse sert aussi pour le transport en sécurité dans la voiture grâce à des chevilles en bois qui rentrent dans des trous adaptés sur la planche.
Le circuit est un simple ovale avec une aiguille de chaque côté .

Pour éviter de voir tourner les trains en rond, un fond de décor arrondi en carton de calendrier sépare le réseau en deux morceaux inégaux . Les formes générales du relief sont en polystyrène extrudé collé à la colle à bois et recouvert de papier mâché fabriqué à partir des journaux gratuits dont nos boîtes aux lettres sont inondées (un petit peu de “développement durable” ne peut pas faire de mal à notre planète), fixé avec de la colle à papier peint.
Le séchage est un peu long mais un modéliste par définition est patient et le séchage au soleil d´été (toujours l´écologie ! ) favorise l´opération. Le support sec est floqué avec des briques pilées de différents calibres pour évoquer un relief désertique de l´Ouest américain .
À noter que le réseau visible des deux côtés présente deux teintes de bases légèrement différentes, orange et rouge.
La voie est de la Peco H0 ; la voie se trouvant recouverte par du sable sur sa plus grande partie, seules les parties visibles sont traitées comme la vraie avec pose sur traverses en bois et tire-fonds à tête octogonales de l´Octant posés un par un. Tous les bâtiments — trémie , pare-pierres ...
... château d´eau, quai ...
... W.-C. aménagé avec porte ouvrante, réserve de dynamite ... sont de réalisation personnelle. Ceux en bois sont issus de baguettes découpées dans des fonds de cagettes de Rocamadour fermier (le Rocamadour laitier fonctionne moins bien, humour !) toujours la récupération — collées à la colle à bois et teintées à la peinture acrylique par des lavis successifs ; seule exception, le local à dynamite réalisé en plâtre gravé à la pointe à tracer.
Les tôles ondulées sont estampées grâce à une matrice maison dans des fonds en aluminium de boîtes de nourriture pour animaux et décorées après une couche d´apprêt.
Toute la végétation de Craddon Bay est “maison” et provient de plantes synthétiques découpées en petites tiges repeintes à l´aérographe avec des différents tons de vert (verts S.N.C.F. pour la plupart Interfer) et collées en touffes à la colle à bois après avoir fait un trou avec un foret — c´est là que s´apprécient le polystyrène et le papier mâché pour la facilité d´emploi sans compter qu´en cas d´erreur de casting (un léger engagement de gabarit dans mon cas), un couteau à dents suffit pour modifier le relief. les buissons de Craddon Creek sont de chez Linea Secondaria ; les herbiers secs sont des crins de balai.
Clin d´oeil aux plus jeunes, les cactus sont issus de la gamme des jouets Kinder après masticage et peinture.
Le matériel roulant moteur vient de la marque Bachmann, modifié avec des kits Backwoods Miniatures ; le matériel roulant, en plus des deux marques citées précédemment, est construit à partir de kits Smoky Bottom Company et Ozsteam (kit australien) et bien sûr de construction intégrale (sauf les bogies) toujours à partir de bois de cagette et d´aluminium .
La plupart des petits détails sont maison. Tous les bouts de bois sont issus de branchages naturels ; les tuyaux sont des tubes de polystyrène récupérés sur les ballons Märklin et Trix distribués aux salons du modélisme ; les rouleaux de cordages viennent de tresse de coton torsadé (vous savez, ce qui permet d´accrocher les grands calendrier au mur), etc.
Bien sûr il est possible d´acheter tout mais, pour un jeune qui débute, le matériel moteur et remorqué est cher et je veux montrer qu´avec presque rien — juste un peu de temps et d´idées — chacun peut rivaliser avec les meilleurs. Nous voyons trop de réseaux avec les mêmes constructions, même si elles ont bien décorées et patinées.


Pour l´éclairage, une guirlande de Noël dans un bandeau en carton , toujours pour rester léger, placé très bas, permet de donner une lumière chaude à ces coins de désert (des publicités détournées habillent les bords de cet éclairage) avec l´ajout d´un bandeau lumineux de 3 spots de 2 W.
La hauteur du réseau est extrêmement faible vis-à-vis de la moyenne habituelle : c´est pour être à la hauteur des plus jeunes pour qu´ils puissent approcher toucher éventuellement et voir sans grimper sur les épaules de leurs parents.
Si nous voulons développer notre hobby il faut absolument recruter chez les jeunes, sinon... Une rehausse est prévue pour remonter le niveau dans les expositions modélistes .
En exposition, je dispose d´un petit classeur qui permet d´expliquer avec des photos la réalisation du réseau et je présente des petits exemples de réalisation de la voie ou des bâtiments. Je place de manière ludique quelques personnages sur le réseau : Shrek qui garde l´entrée des W.-C., Spiderman ou un serpent en plastique jaune dans la maigre végétation pour attirer l´attention des jeunes et provoquer le dialogue.
J´autorise aussi le toucher du réseau par les plus jeunes (les moins jeunes et surtout les édiles municipaux ne s´en privent pas, eux). Je me signale avec un sifflet “électronique” en plastique... bref, j´essaye de faire de l´animation. Je me refuse à rester dans une tour d´ivoire devant le public.
L´avenir de ce réseau, avec ajout de détails supplémentaires passera certainement par la digitalisation (les machines neuves en sont équipées en série maintenant) et je compte sur les amis du club pour m´aider.
En résumé, beaucoup de plaisir à cette réalisation, toujours de nouvelles idées et (enfin !) un réseau à la maison !
Post-scriptum : Je suis connu dans le monde du modélisme pour mes réalisations et mes actions dans le domaine des trains en N au sein de l´A.F.A.N. et de mon association. Je n´ai pas abandonné mon échelle initiale mais maintenant je dispose d´un réseau à la maison...


Alain
Gallas

Avril 2009.

N.-B. — Toutes les photos sont © Alain Gallas pour Ptitrain.
Ptitrain, l´e-magazine du train éclectique — Directeur de la publication : Christophe Franchini.
Rédacteur en chef : Jean-Denis Rondinet. — Rév. Dreamweaver v2000 22-03-2009 16:55