'; EcrireHtml = window.open('','_blank','toolbar=0,location=0, directories=0,menuBar=0,scrollbars=0, statusbar=0, resizable=0, width=880, height=600, left=40, top=40'); EcrireHtml.document.open(); EcrireHtml.document.write(CodeHtml1); EcrireHtml.document.write(CodeHtml2); EcrireHtml.document.close() }
Alain Gallas nous avait déjà présenté sa collection de cadeaux Bonux, il nous confirme aujourd'hui ses goûts pour les trains rares sa jeunesse...
Avant que, dans les années 60, Arnold Rapido ne développe la première fabrication industrielle de train à l´échelle N, des fabricants de jouets ont produit des petits trains, avec une échelle voisine du 1/160e. Bien sûr, ces trains ne roulaient pas sur des rails, mais étaient poussés ou tirés par les utilisateurs sur le parquet du salon ou de la salle à manger.
Tous ces modèles sont actuellement très difficiles à trouver en bon état. Je ne connais pas les dates de fabrication exactes, je vais donc vous les présenter par marque.
Photo 3
Photo 4
Photo 5
Photo 6
Photo 7
Une des plus connues de l´époque est bien sûr Dinky Toys qui a produit en métal un train typiquement anglais avec une locomotive du LNER (photo 3) et ses deux wagons avec différentes couleurs (4) (5) ainsi qu´un autorail bleu (6). Chaque modèle roule grâce à deux grosses roues en caoutchouc dissimulées sous la caisse (7). Ces reproductions sont très recherchées par les collectionneurs de la marque.
Photo 8
Photo 9
Photo 10
Photo 11
Autre marque moins connue, Lone Star : les locomotives (8) et wagons (9) sont un mélange de métal (la caisse) et de plastique (les fenêtres et l´embiellage) et reproduisent des trains américains. La locomotive existe en deux couleurs (10) et les voitures (11) aussi.
Autre marque, connue des collectionneurs de figurines, Quiralu, qui comme son nom l´indique fabrique ses modèles en aluminium. Une magnifique 141 (d´origine P.L.M. ?) (12), avec des roues à rayons, des voitures bleues, rouges ou vertes (13), des wagons de marchandises, un couvert SNCF (14) et un surprenant bi-foudre (15), avec de vrais foudres en bois tourné, constituent cette collection.
Photo 12
Photo 13
Photo 14
Photo 15
Autre surprise, des trains typiquement allemands, avec la T3 (16) et une BR23 (17), tout métal, made in Germany, des voitures (18) et des wagons (19) complètent cette série. J´ai découvert, il y a seulement quelques semaines, que ces trains étaient fabriqués par Minitrix (20), juste avant que cette marque ne se lance elle aussi dans une production en N. Peut-être un essai de commercialisation pour voir l´impact auprès des futurs jeunes acheteurs ?
Photo 16
Photo 17
Photo 18
Photo 19
Photo 20
Pour clore ce chapitre avec éclat, cerise sur le gâteau, la marque Rail-Route (21), échelle 1/143e, reste incontournable pour toute collection ; c´est une fabrication française qui finira chez Majorette. Dans un premier temps, les modèles sont vendus dans des boîtes en carton (22) avec possibilité avec le fond de la boîte de faire des signaux. Une petite 030-T (23) et sa rame marchandises sont proposées, avec des variantes de couleurs pour les wagons-citernes (24), tombereaux (25), foudres (26) ou bétaillers (27).
Photo 21
Photo 22
Photo 23
Photo 24
Photo 25
Photo 26
Photo 27
Un petit catalogue est joint à l´achat (28). (À noter qu´apparaît dessus un modèle de wagon à ballast (29) qui n´est jamais sorti en modèle réduit.) Les wagons peuvent avoir des roues pleines ou à rayons. Puis une BB-9201 (30) et une voiture Le Mistral grise (31) sont venus compléter la collection.
Modernisme oblige, les ventes suivantes seront proposées sous étui plastique transparent (32), de marque Rail-Route (33) puis Majorette avant de disparaître complètement.
Photo 28
Photo 29
Photo 30
Photo 31
Photo 32
Photo 33
Pour être complet, je dois préciser que les revendeurs disposaient d´un présentoir décoré d´un tunnel, muni d´un système à ressort qui permettait de faire tourner le train tout seul — malheureusement je n´en possède pas la photographie [voir encadré en bas de page !].
Nous finirons par deux classiques : les Modèles of Yesterday de Lesney (34) et le très rare Paris-Lyon “Électric lumineux” (sic) [voir encadré en bas de page !] de Norev, en tôle lithographiée vendu en coffret carton avec une locomotive CC-7100 (35) et 5 voitures (36).
Photo 34
Photo 35
Photo 36
Si vous avez des renseignements plus précis sur ces miniatures ou si vous en connaissez d´autres, pensez à moi par l´intermédiaire de Ptitrain. Merci !

Nos lecteurs écrivent
Vincent Timkowski : Sur le site web d'un collectionneur de Majorette (majocollector. com/ accueil.htm) on peut voir en photo ce fameux présentoir :
www.majocollector.com/rail%20route.htm
Jacques Sentis : Une précision à l'intention d'Alain Gallas et qui semble ignorée dans le texte, c'est le terme “électrique lumineux” et le sic suivant qui m'ont mis la puce à l'oreille. J'ai possédé ce train qui m'a été offert par mes parents (pour adoucir un peu une pénible opération des amygdales effectuée sur les genoux d'un toubib au dispensaire de Meudon) et sa principale caractéristique est décrite dans cette appellation... Il suffit de le présenter à proximité d'une ampoule électrique pour qu'il devienne lumineux dans l'obscurité. Il n'y a donc pas tromperie dans cette désignation. Les fenêtres sont recouverte d'un papier imprégné de substance luminescente, qui restitue une lueur verte, à l'image des cadrans de montres lumineuses de l'époque.
Ça m'a fait plaisir de revoir ce train en photos (les voitures étaient de plusieurs couleurs si mes souvenirs sont bons).
Jean-François Berthe : Le train Norev en N est “Electique” car loco électrique et “Lumineux” parce que les vitres sont luminescentes dans le noir (comme les aiguilles d'un réveil)...
Gaston Schikowski : La photo 5 des miniatures d'Alain Gallas représente du matériel S-Bahn (Stadtbahn) de Berlin (équivalent de notre R.E.R., mais avec prise de courant par patins sur troisième rail, reproduit en H0 par Lima dans les années 90).
Alain
Gallas,
août
2007
 
 
N.-B. — Toutes les photos sont © A. Gallas pour Ptitrain.
Ptitrain, l´e-magazine du train éclectique... — Directeur de la publication : Christophe Franchini.
Rédacteur en chef : Jean-Denis Rondinet. — Rév. 28-08-2007 14:18