Résumé des chapitres précédents. — Des lecteurs ont fait remarquer qu´il était peut-être temps (après cinq ans !), que Jidé nous parle enfin de son réseau, dont on ne connaît après tout que des bribes... Voilà qui va être fait. Mais, avant qe de décortiquer le “B.M.C.”, Jidé nous entraîne dans un retour en arrière, aux sources : en 1981, première tentative d´avoir un réseau “furtif” (caché, protégé, ne prenant pas de place en dehors des séances de jeu), le réseau banquette. Le problème de la place restant le lot de beaucoup de modélistes, voilà une idée qui reste peut-être à “revisiter” ?
La genèse : un réseau dans une banquette !
Tout commence il y a vingt-cinq ans, à la lecture du n° 402 de Loco-Revue (févr. 1979) et sous la plume de Clive Lamming (l´immense Clive Lamming, qui sera immortel le jour où notre art (le 10e !) aura son Académie, aux côtés des Neyret, Pras, Boileau, Le Plat, Gillot...). Dans le cadre de sa rubrique nouveau-née Un projet par mois il présenta à ses lecteurs ce réseau étagère en “L”

 

Ce projet présente une amusante particularité : quand un train quitte la gare, il pénètre dans une coulisse (un tunnel) et s´y arrête ; la loco est dételée électriquement, repart lentement puis arrive après quelques instants... dans la remise du dépôt ! Une autre loco part de la gare, haut-le-pied, s´enfonce dans le tunnel et en revient avec un convoi “en jouant, précise Clive Lamming farceur, celle qui vient de loin”.
Il n´en fallait pas plus pour que Jidé, qui se concoctait un micro-réseau depuis dix annnées, passe enfin de la réflexion à l´action et s´en aille chercher, dans son deux-pièces de célibataire parisien de 20 mètres carrés, l´espace nécessaire à ce projet.
Peau de balle ! Un L de deux branches d´au moins 150 cm, ça ne rentrait nulle part. À moins de coucher dessous ou de s´asseoir dessus. Eurêka ! S´asseoir sur son réseau !
 

Sitôt dit, sitôt étudié, sitôt dessiné, les planches de “latté” de 16 mm sitôt coupées, collées, vissées, sitôt la caisse en L recouverte de tissu d´ameublement agrafé : une banquette était née dans la salle à manger-salon, enclave spacieuse, protégée de tout, où les trains et accessoires pouvaient rester en place après le jeu, et invisible aux étrangers — furtive, en un mot
Moins de deux ans après, le “réseau banquette” était suffisamment avancé dans sa fabrication pour avoir les honneurs du susdit Loco-Revue (n° 430 de septembre 1981) avec des photos et des textes du jeune Jehan-Hubert Lavie et des dessins hyper-chiadés de R. Le Guellec...
Cet article de Loco-Revue et leurs photos noir et blanc sont les seules choses qui restent, hélas, de ce micro-réseau (abandonné bêtement quand j´eus atteint l´âge adulte) et c´est pourquoi j´ai dû les réutiliser aujourd´hui pour illustrer mon propos. On remarque que, déjà, j´avais l´amour de la banlieue parisienne chevillé au corps : le B.V. (bâtiment voyageurs) est à cheval sur la voie en tranchée, comme à Vincennes où, dix ans auparavant, je faisais mes devoirs en attendant le 17 h 56 en direction de La Varenne. La 131-TB (ex-140-C Jouef avec caisse Hornby H0 trafiquée) est aussi de la Bastille. Les rames sont courtes et de banlieue aussi (“Bastille” ex-D.R. Lilliput, “Bastille” réversibles Hornby-H0, “Romilly” Jouef — et par autorisation spéciale du réseau A.-L. quelques “boîtes à tonnerre”...). J´avais prévu quelques incursions de voitures grandes lignes sous couvert de trains de permissionnaires mais J.H.L., un ami et mentor, aussi ferrovipathe qu´antimilitariste, m´en dissuada ;¬) Voyez que je suis resté fidèle au nom de la ville (Le Mesnil) mais elle était à cette époque “sur-Marne” alors qu´aujourd´hui elle est devenue “en-France” — migration de l´Est au Nord ! (Il y a vingt-cinq ans on croulait sous le matériel Est, alors que le Nord se voyait quasiment confiné à la Chapelon Rivarossi.)
Voici une vue d´ensemble de la gare en tranchée et de la petite cour marchandises :


Vu en plan, le coin de salle à manger, avec une banquette creuse de 150 x 150 cm, une table ronde, deux chaises...

Une vue du coin “train + repas” prêt à jouer : la table et les chaises ont été poussées, encore une enceinte hi-fi à poser par-terre et on va ouvrir la banquette.


En coupe, la banquette fermée. 50 cm de large, c´est pas mal ; 20 cm de haut, c´est honnête...


Août
2004.
N.-B. — Sauf indication contraire, toutes les photos et dessins sont
1981 — LOCO-REVUE — JEHAN-HUBERT LAVIE — R. LE GUELLEC. Mille remerciements à eux tous.
Ptitrain, l´e-magazine du train éclectique — Directeur de la publication : Christophe Franchini.
Rédacteur en chef : Jean-Denis Rondinet. — Rév. DreamMX 11-04-2010 16:20