1:mst555a_675
Premier test : émulation en mikroBasic
d´une minuterie fameuse, à base de 555

But Principe Pratique Matériel Photos
Cette page est une série nouvelle (mais pas destinée à remplacer les autres), que nous vous présentions il y a quelques jours (sur deux pages, bientôt quatre). Le but, pour ce premier test, est de simuler, avec le plus petit des microcontrôleurs de la famille des PIC de Microchip, un montage que nous avons déjà effectué il y a au moins six ans : une minuterie ultra-simple. C´est avec un circuit intégré 555 (le plus célèbre du monde !) que nous avions travaillé et des centaines de montages ont été faits avec succès par les ptitrainistes !
Pourquoi donc le simuler ? En fait, à titre d´entraînement pour l´utilisation des PIC en Basic  ! Seul, sans environnement et si on ne lui prévoyait pas des développements prodigieux, le montage d´aujourd´hui ne serait pas “compétitif”...

But Principe Pratique Matériel Photos
Un schéma de principe est inutile quand on parle de PIC, puisque tout est “à l´intérieur”. Pour notre première page, néanmoins, voici à droite le schéma du montage, comparé à celui à base de 555 (ou de demi-556, d´où la double numérotation des pattes) :
Notez tout de suite la faiblesse du PIC au niveau du courant de sortie (mais le 555 est le Goliath de l´électronique dans ce domaine) et sa plage d´alimentation plus étroite. Le triangle “danger” est là pour attirer l´attention sur l´anormalité des connexions “+” et “masse” sur le 675 ; il est ici figuré “à l´envers”, encoche à droite pour que la masse soit vers le bas.

But Principe Pratique Matériel Photos
La pratique (installation du langage, présentation de l´espace de travail, installation des pilotes USB, la carte de développement...) viendra petit à petit, nous ne montrerons dans les premières pages de la série que... les résultats !
Ceci
n'est pas
une initiation
aux PIC !
Nous insistons sur le fait que nous sommes dans une série d´initiation au Basic et pas dans un espace d´initiation aux PIC ; pour cela le lecteur devra consulter et comprendre autant que possible (sans quand même s´abrutir) les pages d´initiation à l´assembleur de PicTrain et de Psi, qui est à l´origine de cette présente page. C´est ici que ça a commencé, les notions développées concernent à 75 % tous les PIC (quelque nom qu´ils portent et avec quelque langage soient-ils programmés) et il faut y aller voir.
Vous trouverez d´autres aperçus de l´emploi du même microcontrôleur sous la plume de PatRuff, Christian Gauthier, J.-C. Grimaldi, Raymond Charlet... (voir notre sommaire, lignes en vert et encadré en bas de page).
Voici, sans pluss de paroles pour l´instant, le programme qui fait de notre PIC une minuterie comme le 555 :

Rien d´autre à dire, les trois infos qui ne figurent pas dans ce code sont le nom du microprocesseur (ici le device est un 12F675 de Microchip, cheval de bataille habituel de PicTrain) et le “mot de configuration” (notre fameux et mystérieux _CONFIG en assembleur), et enfin la vitesse de travail (clock, 4 MHz en général).
Ces infos sont données au compilateur avant de saisir le programme Basic, quand on ouvre un “nouveau projet” ( écran ci-contre) et elles changent rarement, sauf quand même le “mot”.
Nous prendrons l´habitude de bien documenter nos programmes afin qu´ils soient le plus autonomes possibles (en un mot imprimer et archiver le code plutôt que quatre pages du baratin l´accompagnant
Une bonne doc, pour nous, ça donne ça  (cliquez dessus pour le voir en grand ; mais le programme tout entier sera bien sûr téléchargeable).

But Principe Pratique Matériel Photos
Nous avons pris le parti de la quasi-gratuité, sauf pour le hardware, la quincaillerie... Le matériel à rassembler est le suivant :
Un ordinateur sous Windows XP ou Vista (désolé pour les happy few...).
Le programme d´écriture et de compilation Basic publié en Serbie et en anglais par mikroElektronika ; gratuit et complet avec toute sa doc et un livre en ligne. Mais pour des programmes de plus de deux mille mots vous devrez débourser 149 dollars. Nous avons encore de la marge !
Le compilateur comprend son propre éditeur de texte mais nous continuerons à utiliser le puissant et gratuit Notepad Plus et ses colorieurs de code qui servent de correcteur automatique.
A partir d´ici je pourrais vous renvoyer à PicTrain puisque le fichier .HEX qui est engendré par le compilateur Basic est identique ceux écrits par l´assembleur de Microchip !
Mais je préfère une solution intégrée qui pourrait être la même pour tous les lecteurs : d´abord donc, le logiciel de gravure de PIC sera celui de mikroElektronika, PicFlash, d´ailleurs “intégré” dans la fenêtre du Basic.
Le must enfin : une carte de développement EasyPic , comprenant le programmateur via un port USB de l´ordi, un débogueur hardware, des dizaines de leds de contrôle, de boutons poussoirs, de résistance de tirage, des afficheurs sept segments, et cetera, et cetera... Cette merveille coûte le tiers d´une loco Fleischmann, bien moins que le prix des composants qui sont dessus — et en prime un PIC 16F877, qui est un PIC genre de 4x4 électronique capable de jouer de la musique ou d´afficher une vidéo .WAV, ce qui nous est bien inutile... Quoique, si on nous le donne...
Avec de simples clics de souris sans même ôter le microP de son support, nous allons écrire, tester, corriger, re-tester, graver les PIC, de huit à quarante pattes ! Ce qui signifie : “Si ça marche chez moi, ça marche chez vous !” Même si un lecteur nous écrit la Lune, vous pourrez la télécharger sur Ptitrain, puis graver le PIC en huit secondes !

Si vous trouvez une erreur ou une chose pas claire dans cette page, faites-le-nous savoir par mail, au plus vite, merci !
Les mots marqués d´un astérisque (*) sont ou seront expliqués dans le “P´tit dictionnaire du Meccano électronique”.
Bibl. : PicTrain, divers. — Descr. : 555, PIC, minuterie, MikroBasic
 

Jidé
août 2008

Rev 26/11/08
Ptitrain, l´e-magazine du train éclectique. — Directeur de la publication : Christophe Franchini.
Rédacteur en chef : Jean-Denis Rondinet